Un format, ce n'est pas comme A4 ?

Dans le domaine de l’impression, certes. Dans Magic, c’est un peu différent. Il s’agit de « règles » du jeu, imposant des limitations à la fois sur les cartes autorisées (extensions autorisées et parmi elles une liste de cartes interdites ou en nombre restreint), sur les règles de construction du deck (nombre de cartes total du deck, et nombre de copies de chaque carte dans le deck, présence ou non de sideboard – une sorte de deck supplémentaire depuis lequel on peut échanger des cartes avec le deck principal pour l’adapter entre les parties contre un même adversaire), le nombre de points de vie et le nombre de joueurs. Ils permettent de réguler les tournois en donnant un cadre et des règles communs à tous les participants, et proposer des expériences très diversifiées au sein du jeu qu’est Magic, comme s’il s’agissait de jeux différents. On peut passer de l’un à l’autre selon ce qu’on aime en termes de nombre de cartes, de variété des stratégies, de puissance des decks…

Les formats officiels de Magic sont listés sur cette page : https://magic.wizards.com/en/game-info/gameplay/rules-and-formats/formats

N.B.: Dans cet article, pour une question de simplicité, seuls les formats officiels ET largement joués dans le jeu papier seront abordés. De plus, par défaut, le nombre de PV est 20. Seules les exceptions seront indiquées.

On peut diviser les formats de plusieurs manières. La première division est entre les formats dits « construits« , et les formats dits « limités« . Le limité regroupe les formats dans lesquels vous construisez votre deck avec des cartes aléatoires qui sont tirées sur le lieu du tournoi. Au contraire, en construit, vous construisez votre deck avant le tournoi avec les cartes que vous choisissez parmi toutes celles qui sont légales.

Limité

Au sein du limité, les formats classiques sont le draft et le scellé. Dans ces deux formats, on crée un deck de 40 cartes à partir de cartes ouvertes dans des boosters (normalement de la même édition). Les cartes qui ne sont pas utilisées dans le deck sont considérées comme formant le sideboard.

En scellé, chaque joueur a 6 boosters à ouvrir, dont le contenu permettra de créer le deck qui sera joué.

En draft, des joueurs (8 normalement), se placent autour d’une table, ayant chacun 3 boosters. Chaque joueur ouvre le premier booster, en choisit une carte, la met de côté, et passe le booster à son voisin de droite. Puis une carte de ce booster est aussi mise de côté, et il est à nouveau passé au voisin de droite. Et ainsi de suite jusqu’à ce que le premier booster soit vide. Puis on fait de même avec le 2e booster, en passant à son voisin de gauche. Et on termine en passant le troisième booster à son voisin de droite à chaque sélection de carte, avant de construire un deck avec les cartes sélectionnées.

Construit

Les formats construits sont aussi divisibles en 3 grandes catégories : rotatifs, non rotatifs, et eternal. Dans ces formats, on observe l’existence de ce qu’on appelle une banlist : une liste de cartes qui font partie des extensions légales dans ces formats, mais sont interdites malgré tout dans le format, en général car elles sont considérées trop puissantes, trop omniprésentes, trop opprimantes pour le reste des decks, ou posent des problèmes de gestion des tournois en menant à des parties bien trop longues. Une exception existe dans un format appelé le vintage, où il y a aussi une restricted list, une liste de cartes qui est autorisée en seulement un exemplaire (au lieu de 4 comme le reste du format).

Les formats rotatifs

Ce sont les formats où les cartes ne restent légales que temporairement, elles quittent forcément ce format après une certaine période, tandis que d’autres rentrent. Les formats principaux de ce type sont le standard et le brawl.

Ces deux formats contiennent les mêmes extensions, qui sont listées et mises à jour régulièrement sur ce site : https://whatsinstandard.com/

Chaque automne a lieu un événement appelé la rotation, lors de la sortie de l’extension de cette saison (des extensions pour le standard sortent 4 fois par an, une par saison). Au moment de la rotation, toutes les extensions ayant strictement plus d’un an quittent ces formats, et celle qui sort le rejoint. Il y a donc à chaque fois entre 5 et 8 extensions en standard et en brawl (5 en automne, 8 en été).

En standard, les decks doivent contenir au moins 60 cartes. Le sideboard contient 15 cartes. Les cartes peuvent être jouées en 4 exemplaires au maximum parmi ces 75 cartes (en dehors des terrains de base).

En brawl, les decks contiennent 59 cartes et une carte qui fera office de « commandant », une créature légendaire ou un Planeswalker. Les cartes peuvent être jouées en 1 exemplaire au maximum (en dehors des terrains de base) : ce type de format est appelé « singleton« . Elles doivent toutes être comprises dans l' »identité couleur » du commandant (à savoir avoir au plus les mêmes couleurs que lui). Les joueurs démarrent avec 25 PV.

Les formats non rotatifs

Dans ces formats, les cartes restent légales pour toujours une fois qu’elles y sont entrées (à l’exception d’une banlist dans chacun de ces formats). Là encore, on va mentionner deux formats : le pioneer et le modern. Dans ces deux formats, les decks doivent contenir au moins 60 cartes. Le sideboard contient 15 cartes. Les cartes peuvent être jouées en 4 exemplaires au maximum parmi ces 75 cartes (en dehors des terrains de base).

La différence principale entre ces deux formats est l’extension à partir de laquelle ils commencent (en dehors de leur banlist) : le modern commence à partir de Mirrodin (2003) et le pioneer à partir de Return to Ravnica (2013). Toutes les extensions sorties en standard depuis ces extensions sont légales dans ces formats.

Une autre différence existe toutefois : une extension supplémentaire a été créée spécialement pour le modern, du nom de Modern Horizons.

N.B.: les cartes d’éditions plus anciennes qui ont été rééditées dans les éditions légales des formats construits précédemment mentionnés peuvent aussi être jouées. Quelle que soit l’édition d’une carte, si une de ces éditions est légale dans un de ces formats, toutes les éditions de cette carte seront légales.

Les formats eternal

Dans ces formats, toutes les extensions du jeu, qu’elles soient passées en standard ou sorties en en dehors des quatre éditions annuelles du standard en tant que « produits supplémentaires ».
En legacy et en vintage, les decks doivent contenir au moins 60 cartes. Le sideboard contient 15 cartes. Les cartes peuvent être jouées en 4 exemplaires au maximum parmi ces 75 cartes (en dehors des terrains de base).

La différence principale entre ces deux formats est la banlist : en vintage, les cartes ne sont pas bannies (sauf cas très particuliers), mais limitées à une seule copie. On appelle alors la liste des cartes concernées la Restricted List.

L’autre grand format eternal est le commander (aussi connu sous le nom d’EDH, Elder Dragon Highlander). Dans ce format, tout comme en brawl, on respecte la règle du singleton. Toutefois, les Planeswalkers ne peuvent pas être des commandants si ce n’est pas écrit sur la carte, et les decks contiennent 99 cartes en plus du commandant. Les joueurs commencent avec 40 PV.

Enfin, parmi les formats officiels les plus connus, il y a le pauper. Les règles sont les mêmes que celles du legacy, si ce n’est que seules les cartes ayant eu une édition à la rareté commune sont autorisées. Les decks y sont donc particulièrement abordables par rapport aux autres formats.

Autres formats

Magic contient encore plein d’autres formats. Dans cet article, tous les formats officiels n’ont même pas été présentés. Il existe aussi de nombreux autres formats non officiels, aussi appelés alternatif. Plusieurs d’entre eux ont été créés en France et y sont généralement assez populaires, comme le Peasant (une variante du Pauper), le Duel Commander (une variante 1v1 du Commander qui se joue plutôt à 4 joueurs dans la version officielle), ou encore le Primordial (qui est assez peu connu, mais a une vraie originalité par rapport à d’autres).

J’espère que cet article vous aura plu, et qu’il vous aura été utile.
N’hésitez pas à laisser des commentaires ou à me contacter si jamais vous avez des questions au sujet des formats abordés (ou d’autres), ou des remarques au sujet de l’article.

A bientôt pour un nouvel article !

Leave a comment

Twitter

@CardRooster

Twitch.tv

CardRooster

Youtube

CardRooster

Discord

CardRooster

CardRooster © 2019. All Rights Reserved.

CardRooster est un contenu de fan non officiel autorisé dans le cadre de la Politique des contenus de fans. Ni approuvé, ni promu par Wizards. Certaines parties des matériaux utilisés sont la propriété de Wizards of the Coast. ©Wizards of the Coast LLC.